Collab Titanne x Fly on my Nose

IMG_2690

FullSizeRender

IMG_2795

IMG_2796

IMG_2816

Au risque de me porter malheur par une annonce prématurée, je travaille actuellement à une série de portraits de femmes destinés à la marque Fly on my Nose. Ma première collaboration professionnelle! Je suis très excitée et surtout je me rends compte à quel point je suis faite pour ça! Mes écouteurs dans les oreilles, je passe des heures à ma table, j’en oublie de manger, boire, aller aux toilettes et je m’émerveille de voir émerger les visages, la lumière, un autre monde dans ma feuille de papier.

Même si ces dessins sont plus travaillés que Titanne, je me laisse beaucoup plus aller pour les réaliser. Mon cerveau ce sont mes yeux et ma main, rien d’autre n’existe c’est presque un état méditatif. Titanne raconte une histoire, poursuit un objectif complexe et intangible: créer telle ou telle émotion chez le lecteur. C’est beaucoup plus prise de tête! Même si j’adore aussi…

J’apprends tous les jours de ma pratique sur le papier, et demain sur photoshop. Elles vont toutes y passer et il y à fort à parier qu’elle vont beaucoup changer! Rendez-vous chez Fly on my Nose pour la version finale :)

Faites tournerTweet about this on TwitterShare on Google+Share on Facebook

L’autre jour chez le psy #4

20171013-1

 

20171013-2

 

20171013-3

 

20171013-4

 

 

Ceci est un remake de cela. La précédente version n’était pas comprise, or je me sentais assez sure de mon fait sur le potentiel comique de mon surinvestissement dramatique face à l’indifférence (feinte évidemment) de mon psy. Inspiré d’un « Je n’y crois pas. » qu’il m’a balancé après des mois de thérapie à propos de mon auto analyse.

Bref, le lecteur ne comprenais pas que j’étais chez le psy, ne comprenais pas que les bulles sortaient de sa bouche, et que faire des phrases de narration. De plus, tout le monde ne connait pas André Manoukian ou ses répliques choc lorsqu’il était juré de la Nouvelle Star. J’ai donc re tenté, en apportant les améliorations suivantes :

– Faire entrer la figure du psy dans le cadre, dans une posture reconnaissable. Cela m’a permis aussi de résoudre le problème des bulles qui sortaient de nulle part.

– Simplifier la narration. Le titre suffit à poser le contexte, les images à exposer le ressort comique. Pas d’autre blabla. Quand on explique pourquoi c’est drôle, c’est jamais drôle.

– Me concentrer sur un seul ressort comique, le contraste entre mes transports et l’indifférence de mon psy. Mettre en scène mon psy comme un juré de la Nouvelle Star ce sera pour une autre fois. Ou pas.

Faites tournerTweet about this on TwitterShare on Google+Share on Facebook

Neat freak

Ce qui arrive fréquemment (très) lorsque je raconte ma vie à mon amoureux…

 

20171008-Confident0

 

 

 

 

 

20171008-Confident1

 

20171008-Confident2

 

20171008-Confident30

 

20171008-Confident3

 

20171008-Confident4

 

20171008-Confident5

Faites tournerTweet about this on TwitterShare on Google+Share on Facebook