J’aime – J’aime pas : The Leftovers

J’ai décidé de faire feu de tout bois pour alimenter l’âtre de ma créativité numérique. Autrement dit, de blablater sur tout et n’importe quoi. J’inaugure donc ce jour une nouvelle rubrique sobrement intitulée « J’aime – J’aime pas ». Je n’insulterai pas votre intelligence en expliquant de quoi il retourne. Embarquez si le coeur vous en dit.

Que se passerait-il si vous étiez témoins d’un évènement planétaire (et simultané), inédit et inexplicable? Un truc qui remettrait en question à la fois notre philosophie et nos connaissances scientifiques. Un truc touchant aux fondements de nos croyances.

Nous avons tous vus des films d’extraterrestres, zombies ou autres catastrophes inexpliquées mais la plupart ne traitent que de la survie ou la lutte de pouvoir qui en résulterait, pas des conséquences sociologiques et philosophiques.

L’action de The Leftovers, nouvelle série HBO, se situe 3 ans après un tel bouleversement. L’évènement en question, c’est la disparition « pouf » de 2% de la population mondiale. 2% d’entre nous, sans discrimination apparente d’âge, de sexe, de couleur, ni a priori de religion ont disparu en un battement de cil. La société semble avoir étonnamment résisté et l’univers de la série_ dans les premiers épisodes en tout cas_ est réaliste et contemporain (l’action se passe dans une ville des Etats-Unis of course, mais on nous fait comprendre qu’elle est inscrite dans un contexte mondial plausible). La science n’a pas pu expliquer le comment, et le pourquoi divise la population.

Est-ce que cela peu recommencer? Les disparus sont-ils quelque part? Si dieu existe pourquoi a-t-il infligé une telle punition à l’humanité? Est-ce un test? L’humanité s’est-elle trompée de religions? Quel est le sens de la vie si elle peu disparaître du jour au lendemain de la sorte?

Potentiellement, un nombre infini de questions à creuser pour cette série dont les premiers épisodes sont plutôt réussis. Je n’ai pas lu le bouquin original, je me laisse donc porter et surprendre avec plaisir.

Au delà des questions existentielles, les impacts psychologiques d’un tel évènements et des bouleversements sociaux qui ont suivi permettront j’imagine de construire tout un éventail de personnages complexes. J’imagine car il est un peu tôt pour le dire, les deux premiers épisodes se concentrent sur le personnage principal.

Celui-ci est joué par Justin Theroux (monsieur Aniston), sur lequel je n’ai rien à redire si ce n’est qu’il est un peu trop sophistiqué pour être réaliste (taillé au poil près_nan mais visez moi ses rouflaquettes et ses sourcils). En même temps, à en juger les photos de paparazzis que j’ai pu voir ici ou là, le mec a l’air d’être tiré à 4 épingles en permanence dans la vraie vie (genre tu lui fais un massage au cambouis il ressemble à une pub Diesel et pas à un clodo).

Et puis dans le premier épisode ils ont laissé un des personnages féminins au naturel, ça compense. Laurie, jouée par l’actrice Amy Brenneman vue notamment dans Private Practice. Autant vous dire qu’elle prend 10 ans dans la figure facile (c’est à dire qu’elle fait son âge, 50 ans). C’est amusant d’ailleurs de constater dans les épisodes qui suivent qu’elle (le personnage) a dû réapprendre à se faire un brushing et se maquiller. J’imagine bien le truc : dans la vision du réalisateur, elle devait avoir l’air à la rue, il a tourné le pilote, on lui a dit « ok mais vous me recoiffez et maquillez un peu mieux la vieille là! ».

Le physique des acteurs c’est un vrai sujet de fond pour moi (oui oui je suis très sérieuse) mais j’y reviendrai une autre fois. Bref. Justin Theroux est un peu trop swag (?), mais la série a quand même sont lot de personnages aux physiques un peu plus « normaux ». Le jeu des acteurs est somme toute assez bon, à l’exception peut-être des jeunes qui ne sont franchement pas toujours à la hauteur (peut-être pas entièrement de leur faute, leurs personnages sont très stéréotypés).

Verdict : j’aime. J’attends la suite. Ah, et aussi je trouve le générique très réussi.

Faites tournerTweet about this on TwitterShare on Google+Share on Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.