Punaise je lutte!

Voici le produit de 3h de travail, sachant que j’avais déjà la maman et le bébé, hein… Pas glorieux quoi.

Je voulais publier la suite du dernier article plus rapidement que cela mais force m’est de constater que je suis une bille, un boulet, une quiche en Photoshop/Illustrator.

Mon insatisfaction permanente chronique m’a par ailleurs rattrapée. Je ne suis pas (mais alors vraiment pas) contente de mes précédents dessins, ou plus précisément de la composition/mise en page. C’est vide, illisible, nul en somme. L’idée m’a donc prise de faire des petites vignettes type BD. Sur le papier (nan vraiment, sur le papier avec un crayon, à l’ancienne), rien de plus simple. Sur Photoshop au secours.

Mes handicaps sont multiples. Le premier d’entre eux, c’est que je ne sais pas me servir de Photoshop (logique donc).

Faites tournerTweet about this on TwitterShare on Google+Share on Facebook

La version 2 « point zéro », c’est l’après guillotine

La V1.0 est morte, vive la V2.0! (oui, une version «point zéro» ça fait plus chic, même si ça sert à rien). Vous (personne) me ferez remarquer que je n’ai jamais «versionné*» mon blog (*néologisme dû à déformation professionnelle). C’est vrai. Mais je décide de commencer aujourd’hui.
La version 1.0 vous racontait les prémices d’une révolution personnelle. Révolution toute mignonne, aussi inoffensive et efficace que celle des indignés. J’instillais du changement dans ma vie tranquillement, à la pipette. Plic Ploc.
Et puis, d’un coup d’un seul, la guillotine est tombée (image dramatique censée traduire la soudaineté et la violence extrême de mes propres décisions). Dans le désordre : boulot, logement, petit ami (je vous rassure tout de suite, personne _boss, proprio ou petit ami_ n’a fini la tête sur un pic). Je me suis «juste» séparée d’eux.

Faites tournerTweet about this on TwitterShare on Google+Share on Facebook

Première Vision, c’était…

Un pass qui pète avec un ruban orange vitaminé (pas sur la photo)

Du tissu, en veux-tu, en voilà : dentelles, soies précieuses à plus de 150 euros le mètre… Et non, les non initiés comme moi pensent tout de suite « elle veut dire m2″, mais même pas. C’est 1 mètre par la largeur du rouleau qui… varie. Ca peut être beaucoup moins d’un mètre. J’en déduis que mes chemisiers en soie sont de la merde. J’ai payé beaucoup plus que la matière et pourtant toujours au dessous de 100 euros.

Faites tournerTweet about this on TwitterShare on Google+Share on Facebook

Loana est venue à moi

Pas fait exprèsAlors voilà : initialement, je souhaitais me perfectionner sur le dessin figuratif de la personne, visage et corps. Je me suis donc offert le bouquin suivant :

Qui me fournit en photos et explications nécessaire à mon apprentissage. Mon coeur étant tourné vers les nos têtes, je commence donc par choisir un visage. Je choisis donc ma photo mais je décide de ne pas chercher à faire ressemblant, en dehors des ombres et des proportions…

Faites tournerTweet about this on TwitterShare on Google+Share on Facebook

Emma, ma styliste adorée

Il est temps de refermer une partie du chapitre « bouteille à la mer ». Celles lancée contre les rivages éditoriaux se sont crashées. Toutes sauf Actes Sud je crois m’ont répondu (par la négative). En même temps c’était ce que l’on pourrait appeler « a long shot » et la déception est mince.

Côté stylisme l’accueil a été plus chaleureux. C’est pourquoi je préfère parler de ma styliste adorée, celle à qui j’avais envoyé ma première bouteille.

Emma et moi même sommes en contact régulier par mail et Facebook, même si nous n’avons pas encore réussi à nous rencontrer. Elle m’a très récemment invitée à l’accompagner à un salon professionnel de créateurs textiles, le salon Première vision. Je vais donc aller voir des beaux tissus avec Emma. Est-ce pour sa collection actuelle, pour la prochaine ou pour autre chose ? Je n’en ai aucune idée.

Faites tournerTweet about this on TwitterShare on Google+Share on Facebook

Réponses à mes bouteilles (1/2)

J’ai reçu des réponses à mes bouteilles à la mer

D’abord, une réponse négative mais mignonne des éditions POL :

« Mademoiselle,

J’ai bien lu toute votre lettre ! Malheureusement, le principe de notre maison est quand même de fonctionner à partir d’une très petite structure que nous n’envisageons pas de développer pour le moment !

Avec nos regrets, recevez nos meilleures salutations,
et bonne chance pour votre reconversion ! »

Faites tournerTweet about this on TwitterShare on Google+Share on Facebook

Une bouteille à la mer

Franchement la flemme de la dessiner…

Mais revenons à nos moutons. Je parle de cette bouteille. En fait ce sont plusieurs bouteilles à la mer. Toujours sur le chemin de la reconversion, et dans l’idée de « keeping the flame alive » i.e nourrir mes inspirations/aspirations, j’ai tenté d’entrer en communication avec des personnes/univers/industries qui m’intéressent. Et ce n’est que le début croyez-moi.

D’abord à propos de la confection de vêtements. Je le rappelle, c’est un rêve de petite fille, je n’ai ni compétences ni contacts sur le sujet. Juste des réminiscences de passion. Un entre-deux douloureux.

Faites tournerTweet about this on TwitterShare on Google+Share on Facebook