Première Vision, c’était…

Un pass qui pète avec un ruban orange vitaminé (pas sur la photo)

Du tissu, en veux-tu, en voilà : dentelles, soies précieuses à plus de 150 euros le mètre… Et non, les non initiés comme moi pensent tout de suite « elle veut dire m2″, mais même pas. C’est 1 mètre par la largeur du rouleau qui… varie. Ca peut être beaucoup moins d’un mètre. J’en déduis que mes chemisiers en soie sont de la merde. J’ai payé beaucoup plus que la matière et pourtant toujours au dessous de 100 euros.

… David contre Goliath. Petit acheteur n’amasse pas échantillons. « Vous êtes qui? » « … » « Connais pas. Vous êtes à Paris ? Non ? Ah… » « On peut vous envoyer des scans par mail. » . Waouw trop cool des scans! Je vais tout imprimer et puis me faire une robe en papier, hein? Enfin, apparemment c’est à la pointe de la technologie, l’envoi de scans. Faut pas rigoler.

Des sushis mais alors hors de prix comme j’en avais jamais vu même pas chez Sushishop! Et beaucoup moins bons…

Des esseins d’acheteurs. Surtout les japonais, ça marche en brochette de sbires (eux debout, 5 ou 6 volant partout dans le stand comme des abeilles affolées) autour de la bosse/reine mère (elle assise), qui feuillette les échantillons comme une croupière bat les cartes (vite quoi).

Des commandes à minimum 350m… « 10m?? Manant va! C’est pas le marché Saint-Pierre ici! »

Topissime. Parce que j’étais super bien accompagnée, par Emma, la meilleure styliste du monde en toute objectivité sisi. Si possible, à refaire, un jour.

titanne

Faites tournerTweet about this on TwitterShare on Google+Share on Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.